CDAAD
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
CDAAD

Le forum du Collectif de Défense de l'Accouchement À Domicile, association militante
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Compte-rendu gtt ffrsp - Sous-gestion des risques liés aux patientes

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgane Colas





Compte-rendu gtt ffrsp - Sous-gestion des risques liés aux patientes Empty
MessageSujet: Compte-rendu gtt ffrsp - Sous-gestion des risques liés aux patientes   Compte-rendu gtt ffrsp - Sous-gestion des risques liés aux patientes EmptyJeu Déc 02 2021, 10:47

Groupe de travail 1 - 01/12/2021

Présents : 2 co-présidentes du CIANE, 4 sage-femmes libérales de l'APAAD, 4/5 gynécologues/anesthésistes, une secrétaire, J.Coudray gynécologue à la retraite et "gérant" du groupe, Morgane Colas (CDAAD).

Après un tour de présentation, la question du but de ce groupe de travail est vite posée.
Globalement, les gynéco/anesthésistes présents expriment rapidement que pour eux il peut difficilement y avoir des conditions favorables à l'AAD (puisqu'ils sont globalement contre) mais que poser le cadre des exclusions du suivi AAD afin de garantir la sécurité des femmes leur paraît plus pertinent.

Après un rapide passage sur le tableau de l'APAAD présent dans le guide bonnes pratiques et critiqués sur son côté "laxiste" vis à vis du suivi des antécédents (par ex: ne pas demander l'avis d'un généraliste mais d'un spécialiste, refuser d'office tout antécédent d'hpp...), ils décident de travailler à partir de ce qui a été proposé par le SFN/SFMP.
Ce document s'ouvre sur une phrase indiquant qu'aucune situation ne pouvant être en faveur de l'AAD ils vont exposer les prérequis minimum.
On y trouve par exemple l'injection d'ocytocine pour la délivrance. Dans le document cette injection apparaît comme obligatoire pour accéder à l'AAD.
A.Evrard (CIANE) a ensuite passé 1h à défendre la loi Kouchner et le droit des patientes à refuser tout acte y compris celui de l'injection.

Les gynécologues présents sont d'accord pour dire que si les femmes refusent l'injection:
- c'est la sage-femme qui n'a pas fait un bon travail d'information
- il faut insister et poser des mots comme "morbidité maternelle" pour les convaincre
- une des gynécos présente prononcera le mot de "débile" qualifiant certaines femmes souhaitant un AAD globalement

Leur crainte est que les transferts de femmes en AAD qui n'ont pas reçu l'injection et qui font une HPP encombrent leurs services et impactent leur responsabilité.
Certains préviennent que si de tels cas se produisent, c'est à la sage-femme de se retrouver au tribunal et d'être condamnée.

La réunion se termine sur J.Coudray qui remercie A.Evrard d'avoir rappelé que les femmes ont le droit de dire non, il avoue qu'il aurait envie d'agir en "tyran" imposant sa façon de voir les choses mais qu'il peut en être autrement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Compte-rendu gtt ffrsp - Sous-gestion des risques liés aux patientes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CDAAD :: GTT AAD FFRSP-
Sauter vers: